Photo de Monsieur Hans Van Der Schoor

Hans Van Der Schoor

Décédé le 24 avril 2023 à l'âge de 85 ans
Photo de Monsieur Hans Van Der Schoor
Hans Van Der Schoor
Décédé le 24 avril 2023 à l'âge de 85 ans

Cérémonie religieuse

location_on
Chambre Funéraire des Communes Occitanes - le Pech Bleu
Route de Corneilhan
34500 Béziers
jeudi 27 avril 2023 à 09h30
groups

Message de la famille

Chère famille, chers amis,

C'est avec une grande tristesse que nous vous annonçons le décès de Hans Van Der Schoor survenu lundi 24 avril 2023 à Sète.

Cet espace privé est destiné à recueillir vos condoléances ou le souvenir d’un moment passé.

Merci pour vos pensées.

map

Déroulé des obsèques

  • 1

    Repos en salon funéraire

    location_on
    Chambre Funéraire des Communes Occitanes - le Pech Bleu
    Route de Corneilhan
    34500 Béziers
    Du mardi 25 avril 2023 à 15h00 au jeudi 27 avril 2023 à 09h15
  • 2

    Cérémonie religieuse

    location_on
    Chambre Funéraire des Communes Occitanes - le Pech Bleu
    Route de Corneilhan
    34500 Béziers
    Le jeudi 27 avril 2023 à 09h30
  • 3

    Crémation

    location_on
    Crématorium le Pech Bleu
    Route de Corneilhan
    34500 Béziers
    Le jeudi 27 avril 2023 à 10h15

Faites livrer des fleurs à la famille de M. VAN DER SCHOOR

Bouquet de deuil Empathie
storefrontPartenariat avec un artisan fleuriste local
volunteer_activism0,50€ reversés à Alzheimer France par bouquet
local_shipping Livraison à l’adresse de votre choix
menu_book

Hommages

Conservez un souvenir des hommages rédigés dans un beau livre

Exemple de livre hommage
Le livre hommage met à l'honneur les différents messages et photos partagés sur cet espace avec une mise en page élégante.

6 hommages ont été rendus

  • Nathalie van der SCHOOR
    Il y a 11 mois


    Mon Cher Papa,

    Il y a un peu plus de 20 ans, quand tu as rendu hommage à ton père. Je me suis demandé, qu'est-ce que je pourrai dire sur toi ? Me voilà à présent à ta place et c'est le cœur lourd que je prends la parole pour ton dernier hommage.

    Tout comme mes frères et sœurs, ce n'est pas facile de se réveiller le matin de ton décès et de se dire que la vie continue sans toi... nous laissant sans mari, sans papa, sans Opa avec notre amour pour toi imprimé à jamais dans nos cœurs. Depuis vendredi dernier, tout est allé si vite. Cela contraste tellement avec toutes ces dernières années passées où la maladie d'Alzheimer te mangeait à petit feu.  Tu es et resteras un repère. Cela l'est davantage pour Maman pour qui tu as été et resteras le ciment de sa vie. Au fur et à mesure du temps qui va passer, nous allons tous devoir réapprendre à vivre sans toi et à retrouver les souvenirs d'avant cette maladie. Ces souvenirs heureux de toi, notre papa. Aussi dur qu'il ait été pour chacun de regarder notre père atteint de cette maladie, aussi dur il est pour nous d'affronter la mort qui nous sépare aujourd’hui de toi, c'est ensemble soudé autour de notre mère que nous allons devoir avancer. C'est ce que tu aurais voulu car jusqu'à la fin, tu t'es toujours inquiété de ne plus pouvoir être là pour Maman.
     
    Je t'ai dit que tu pouvais partir l'esprit tranquille et apaisé et que je prendrai soin de maman, que nous tes enfants resteront soudés en bloc avec elle et avec tes petits enfants pour lui redonner le sourire.
     
    Tu n'es pas seule Maman, même si cela est terriblement dur pour toi, nous serons là pour toi et avec toi.
     
    Parler de Papa sans parler de ta brillante carrière serait un manquement. Tu es du genre à passer 2 fois ton diplôme d'expertise-comptable pour être sûr de l'obtenir. Résultat, tu l'auras eu 2 fois ! Quand tu veux quelque chose, tu te donnes les moyens de réussir. On se souviendra du jingle du JT de 20h ou celui des infos d'RTL dans la voiture le matin car tu raffolais de tout ce qui touchait les actualités. Tu étais incollable en politique, en économie et en géographie. Les drapeaux du monde n’avaient pas de secret pour toi. Tu aimais passer du temps à faire du jardinage et tu adorais la bonne table. D'ailleurs, on se rappellera tous des bons plats indonésiens que tu nous cuisinais. Ce n'est pas pour rien que Patrick a pris dignement la relève avec son restaurant. Tu lui as transmis le goût de cette cuisine et culture asiatique. Qui dit Papa dit chocolat, Gouda et bien sûr la Heineken ! On se rappelle ces petites souris en chocolat que tu nous offrais.
     
    On retiendra cette phrase mythique un soir d'été où tu cherchais de l'argent liquide pour aller au Luna Park : "je ne sais pas qui dans cette maison, mais quelqu'un a piqué mon argent". Ou lorsque tu nous expliquais que si ta voiture était abîmée, c'était parce qu'un tronc d'arbre avait traversé la route.
     
    Tu avais le chic pour faire des petites blagues et taquiner les personnes que tu appréciais. Tu avais raconté qu’un jour, à ton travail, tu avais placé un dispositif avec un seau d'eau pour qu'un chef se le prenne sur la tête en ouvrant la porte. Même à l'EHPAD, le personnel se rappelle ton humour et de tes batailles d'eau à ne plus avoir assez de linges pour éponger le sol mouillé. Tout comme tu avais une façon inimitable de te forcer à rire de manière communicative et à entrainer tout le monde dans un fou rire collectif. Tu avais le don pour raconter des blagues belges, tu avais un sacré répertoire ! Que de beaux moments de rigolades !
      
    Je te remercie de m'avoir offert ta confiance, ce cadeau si précieux, pour prendre le relais sur les papiers pour toi et maman. Même si la maladie était là, elle nous a permis de nous rapprocher et de vivre de beaux moments de partage. Je me rappelle aussi nos rentre dedans avec nos gros ventres quand j'étais enceinte. On ne pouvait plus se croiser dans le couloir sans se rentrer dedans et qu'est-ce qu'on en a ri ! Je te remercie pour tout ce que tu nous as donné en valeurs que sont le travail, l'ambition de réussir et d'avancer dans la vie, le goût du mérite pour obtenir ce que l'on souhaite. Tu as cette valeur si rare que tellement peu de personnes ont : le courage. Tu as été si courageux jusqu'au bout à te battre seul dans cette prison nommée Alzheimer. Digne et humble dans ce combat acharné perdu d'avance. Dans le combat pour ma fille que je mène aujourd'hui et dont tu n'as rien su, c'est aussi en toi que je puiserai mes forces pour trouver le courage de me battre quand je me sentirai moins forte. J'aurais tant voulu avoir tes conseils protecteurs toi qui est si pragmatique, clairvoyant et pertinent dans tes analyses. Mais tu seras avec moi par la pensée comme cela je me sentirai moins seule. Je mesure depuis quelques années l’extrême chance que l’on a eu d’avoir un papa aussi respectueux et aussi respectable que toi. Tout le monde n’a malheureusement pas cette chance.
     
    Je crois que chacun de mes frères et sœurs ont tous une part de tristesse d'avoir voulu revivre ou vivre des moments ou des choses qui n'ont pu être à cause de la maladie. Avec la mort qui nous sépare à présent de toi, cet espoir qui était d'avantage une illusion prend définitivement fin. C'est ce deuil qui est aujourd'hui à faire. Nous ne devons pas avoir de regrets mais se concentrer sur ce qui a été de positif et sur ce que nous pouvons transmettre de toi à nos enfants.
     
    Nous étions à deux doigts avec Nolwenn de t'amener un cheval à ton EHPAD. Le temps nous a manqué de peu. Mais je garde le précieux souvenir de l'illumination de ton regard d'apprendre que cela allait se faire. Tout comme tu as été si réceptif de voir ma fille et de nous regarder en vidéo monter à cheval. Nous t'aurons dans la pensée la prochaine que nous remonterons en selle. La continuité est faite sur 3 générations mais pas qu'avec nous, également avec tes 2 autres petits enfants : Léa et bientôt Aaron.
     
    En parlant de continuité, Yves et Patrick, tes 2 fils ont tous deux l'ensemble de tes qualités et je suis convaincue que tu es tellement fier d'eux, de ce qu'ils ont accompli et de leur carrière. Patrick avec son restaurant dont tu appréciais tant la cuisine et Yves dans sa carrière qui s'envole toujours plus haut dans les très grosses entreprises. Je sais combien ils auraient eu besoin de te partager leurs récentes réussites et d'en discuter avec toi. N'en doutez jamais tous les 2, Papa est si fier de vous. Cela ne peut en être autrement.

    Quant à tes 2 filles, Valérie et Christelle, tu dois être fière de leurs réussites professionnelles d’avoir su reprendre les rênes de son association pour Valérie et d’avoir transformer son projet en réalité pour Christelle d’intégrer l’Hôpital de Sète le tout en fondant chacune une si jolie famille.
     
    Ida, à toi aussi, Opa va te manquer. Tu prenais soin de lui quand il était à la maison avec tes parents, Patrick et Wimala. Tu lui as apporté tant de bonheur dans son cœur.

    A toi Maman, Papa avait ces intentions protectrices envers toi de toujours prendre ta défense. C’était si beau pour nous de vous voir la main dans la main avec toute cette affection mutuelle entre vous. Tu es son unique et plus bel Amour. Il a toujours su trouver les mots ou avoir ses bras autour de toi dans les durs moments de ta vie. Aujourd'hui, c'est à nous de continuer à le faire car tu n'es pas seule. Nous sommes là avec toi.
     
    Papa, nous, ta femme, tes enfants, petits-enfants, belle-sœur et proches amis, te souhaitons tout l'apaisement et la liberté de vivre heureux tout là-haut. Tu mérites d'être en paix à présent. J'ai une pensée particulière pour ceux qui n'ont pu être présents ce jour pour lui dire au revoir. A ta famille aux Pays-Bas et notamment ton petit frère Thomas qui te pleure et à ta famille du Luxembourg, ton beau-frère Éric avec qui tu adorais tellement rigoler et tes 2 petits-enfants, Cédric et Yannick. Eux aussi sont ta digne relève par leurs qualités humaines et de travailleurs, ta belle-fille Annabelle et ta petite-fille Léa dont tu aurais adoré son caractère pétillant, sans oublie ma petite Nolwenn, ma fille, qui n’a pas pu être là et qui t’adore et à qui je ne sais comment annoncer la nouvelle.
     
    Nous n'avons pas envie de te dire au revoir Papa, tu seras toujours avec nous. Nous te porterons toujours dans nos cœurs et dans nos pensées.

    Je terminerai par cette note positive : te voilà enfin délivré et nous devons en être heureux pour toi. Et par ces phrases que je t’avais écrites pour te redonner du réconfort. Je suis si fière d’être ta fille et que tu sois mon Papa. Je suis si admirative de ton courage, de ta dignité et de ton intelligence.
     
    Je t'aime mon Papounet, je resterai toujours ta petite Taurette.
     
     
     

    Souvenir de Monsieur Hans Van Der Schoor par Nathalie van der SCHOOR
    0 personne(s) aime cet hommage
  • Agaath van der Schoor
    Il y a 11 mois

    Cet hommage n'est visible que par la famille

  • Alexander Betist
    Il y a 11 mois

    Cher oncle Hans, repose en paix. Nous souhaitons beaucoup de force à la famille.

    0 personne(s) aime cet hommage
  • Nathalie VAN DER SCHOOR
    Il y a 11 mois

    ❤️

    Souvenir de Monsieur Hans Van Der Schoor par Nathalie VAN DER SCHOOR
    0 personne(s) aime cet hommage
  • Nathalie VAN DER SCHOOR
    Il y a 11 mois

    ❤️

    Souvenir de Monsieur Hans Van Der Schoor par Nathalie VAN DER SCHOOR
    0 personne(s) aime cet hommage
  • Nathalie VAN DER SCHOOR
    Il y a 11 mois

    Tu nous manques tellement Papa, nous t'aimons si fort. Nous garderons de toi le souvenir d'un homme merveilleux, brillant, avec de si belles valeurs et avec beaucoup d'humour.
    Love you forever Papoune ❤️❤️❤️

    Souvenir de Monsieur Hans Van Der Schoor par Nathalie VAN DER SCHOOR
    0 personne(s) aime cet hommage
send

Prévenir les proches

local_florist Faire livrer des fleurs